Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information

S'abonner à flux Agence nationale  de la sécurité  des systèmes d’information
Mis à jour : il y a 1 heure 5 min

Rapport annuel 2018 : construisons ensemble la confiance numérique de demain

lun, 04/15/2019 - 06:00

L’actualité opérationnelle de l’agence en 2018 a permis d’établir les grandes tendances de la menace observée en France et en Europe. Face à ces menaces, l’agence a déployé plusieurs stratégies de réponse. D’abord, en resserrant les liens avec ses partenaires, au niveau national comme européen. Ensuite, en créant de nouveaux cadres d’échanges pour s’ouvrir et anticiper les problématiques du futur. Devant l’immensité des travaux à accomplir, l’objectif est de construire, dans un élan collectif, la confiance numérique de demain.Plus prospectif que les éditions précédentes et fruit d’un travail collectif, le rapport annuel de l’ANSSI se veut être un véritable outil de réflexion sur les enjeux de la cybersécurité. L’actualité opérationnelle de l’agence en 2018 a permis d’établir les grandes tendances de la menace observée en France et en Europe. Face à ces menaces, l’agence a déployé plusieurs stratégies de réponse. D’abord, en resserrant les liens avec ses partenaires, au niveau national comme européen. Ensuite, en créant de nouveaux cadres d’échanges pour s’ouvrir et anticiper les problématiques du futur. Devant l’immensité des travaux à accomplir, l’objectif est de construire, dans un élan collectif, la confiance numérique de demain.

Analyse de la menace en 2018

En 2018, l’activité opérationnelle de l’agence s’est caractérisée par la variété de ses interventions, des signalements aux incidents de sécurité en passant par la conduite d’opérations de cyberdéfense. Cette capacité de réaction est soutenue par une connaissance fine de la menace complétée par les échanges que l’ANSSI entretient avec ses partenaires.

Si les opérations de sabotage restent les plus visibles, l’espionnage est sans doute le risque qui pèse le plus fortement sur les organisations. Il a été une préoccupation majeure pour l’ANSSI en 2018. Discrets, patients et bénéficiant de ressources importantes, certains attaquant semblent préparer les conflits de le demain en s’intéressant à des secteurs particulièrement critiques (défense, santé, recherche, etc.). L’exploitation des relations de confiance entre partenaires en vue de mener des attaques indirectes constitue également un champ de préoccupation majeur.

Face à l’ampleur de ces menaces, l’ANSSI a consolidé les liens tissés avec ses partenaires, au niveau national, comme au niveau européen.

Resserrer les liens avec nos partenaires

La sécurité doit sortir de son domaine réservé pour associer l’ensemble des acteurs de la société numérique. L’ANSSI entraîne et anime un réseau d’acteurs extrêmement large pour avancer de manière efficace dans un élan commun.

« L’écosystème se transforme au contact de l’ANSSI et inversement. »
Emmanuel Germain, directeur général adjoint de l’ANSSI

En 2018, l’agence a développé et resserré les liens avec ses partenaires nationaux issus de la sphère publique et de la sphère privée. De nombreuses initiatives se sont concrétisées grâce à une étroite coopération interministérielle. Si certaines visent directement le développement sécurisé de services numériques de l’État, d’autres favorisent l’essor d’une culture de la sécurité auprès du plus grand nombre. Pour répondre à ces enjeux, la formation a été un axe de travail majeur pour l’ANSSI en 2018, qui avance main dans la main avec les acteurs du domaine.

Sur la scène internationale, la France et l’Europe ont un rôle majeur à jouer pour limiter le développement d’un far West numérique. L’ANSSI s’est fortement impliquée dans toutes les initiatives européennes de responsabilisation de l’ensemble des acteurs de l’écosystème.

« Il est essentiel de se mettre d’accord à l’échelle internationale sur ce qu’il est permis ou non de faire dans le cyberespace. »
Guillaume Poupard, directeur général de l’ANSSI Creer de nouveaux cadres d’echanges pour garder un temps d’avance

De plus en plus, l’ANSSI mobilise son écosystème pour réfléchir collectivement aux transformations des missions de sécurité numérique. Ainsi, l’anticipation a été le mot-clé de 2018 et trace la voie pour les années à venir. Les technologies comme l’intelligence artificielle, la santé connectée ou l’informatique quantique vont bouleverser la manière de « faire de la sécurité ». Face à ce constat, l’activité de recherche de l’agence entre dans une nouvelle dynamique pour relever, aux côtés d’experts reconnus, les nouveaux défis de la sécurité numérique.

L’ANSSI assume une mission de vigie technologique. Elle doit anticiper suffisamment tôt les ruptures technologiques et l’évolution des usages pour les accompagner efficacement. C’est pourquoi l’agence a créé en 2018 un groupe de travail interne, pour identifier et comprendre les grandes tendances relatives aux usages émergents observés chez ses publics.

Face à l’immensité des travaux à mener dans le cyberespace, l’ANSSI ne peut pas avancer seule. L’ouverture et le partage sont des leviers décisifs pour l’agence qui participe de plus en plus à la communauté Open Source par ses contributions ou le partage de projets. En ouvrant ses productions à l’appréciation de ses publics, elle rejoint des espaces de dialogue et en créé d’autres avec un objectif clair : favoriser la transmission de compétences et de connaissances.

Le constat est sans appel : 2018 prouve une nouvelle fois que le risque numérique doit être au cœur de nos préoccupations. Les attaques informatiques touchent toute la société, c’est pourquoi nous devons tous nous emparer du sujet. L’année 2018 nous a donné l’occasion d’exprimer collectivement cette conviction. L’Appel de Paris, le Cybersecurity Act, les accords de coopération sectoriels ou encore la participation de l’agence à la communauté Open Source en sont de parfaits exemples. En prenant un temps d’avance sur les tendances scientifiques, l’ANSSI entraîne avec elle une large communauté d’acteurs qui, plus que jamais, doivent s’approprier les enjeux de sécurité numérique.

Dossier presse – Construire ensemble la confiance numérique de demain

L’Agora 41 : une tribune de réflexion libre et multidisciplinaire

ven, 04/05/2019 - 08:00

Compte tenu de l’impact et des conséquences – effectives ou prévisionnelles – de la transformation numérique sur nos sociétés, c’est tout un écosystème, composé d’acteurs de la sécurité numérique mais aussi issus de l’ensemble de la société civile, qui se transforme et s’organise. Pour accompagner cette nouvelle dynamique, et répondre aux enjeux partagés par tous, il convient désormais d’aller plus loin pour favoriser les conditions d’un dialogue renforcé entre l’agence et des représentants de la société civile et de nos institutions.

C’est pourquoi l’ANSSI, autorité nationale en matière de cybersécurité et de cyberdéfense, reconnue dans son écosystème pour son expertise et son expérience, lance l’Agora 41. Cet espace de réflexion réunit 41 personnalités (chercheurs, universitaires, dirigeants, cadres, étudiants, etc.), que les enjeux de transformation numérique interpellent et mobilisent.

Les membres, au cœur du projet

L’Agora 41 est avant tout une tribune d’expression libre, multidisciplinaire qui propose à ses membres d’étudier des thématiques liées au numérique.
Pour mener une réflexion transverse et innovante, l’Agora tire parti de la diversité des expertises des personnalités bénévoles qui la composent. Ce sont donc les membres de l’Agora 41 qui la font vivre grâce à une réflexion commune et ouverte sur des thématiques transverses.

Les travaux de l’Agora 41

Animée par l’ANSSI, l’Agora s’est déjà réunie trois fois en séance plénière. Ces rencontres ont permis à cette assemblée disparate de se constituer, aux membres de se connaitre et de partager leurs expériences.

Les échanges sont structurés sous forme de groupes de travail thématiques. Chaque membre a ainsi choisi un des 5 sujets proposés par l’ANSSI, qui ne couvrent pas son périmètre d’action : l’imaginaire, la régulation du cyberespace, les talents pour le cyberespace, l’écosystème ou le cyber moi.

Les fruits de leurs réflexions seront destinés à être partagés publiquement au sein de l’écosystème de la transformation numérique mais également plus largement avec toute personne intéressée par les enjeux du numérique.

En savoir plus sur :

Les membres de l’Agora 41 – Copyright : Studio Harcourt

L’ANSSI délivre le Visa de sécurité à deux systèmes de détection pour leur qualification élémentaire

mer, 04/03/2019 - 16:26

Après avoir qualifié trois prestataires de détection d’incidents de sécurité (PDIS) en février 2019, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) octroie le Visa de sécurité à deux systèmes de détection et à un TAP (Test Access Point). Ils obtiennent leur qualification élémentaire, dans les conditions prévues par le décret n° 2015-350 du 27 mars 2015.

Ces systèmes de détection ont fait l’objet d’une évaluation de la sécurité permettant de s’assurer de leur robustesse, mais aussi de tests métiers permettant d’apprécier leur efficacité et leurs performances en matière de détection.

L’ANSSI publie également la liste des systèmes de détection et prestataires de détection prévue à l’article 1332-41-9 du code de la défense. Cette publication déclenche l’obligation pour les opérateurs d’importance vitale (OIV) de mettre en œuvre des systèmes de détection qualifiés, reposant sur l’utilisation d’un TAP qualifié, qui seront exploités sur le territoire national par des PDIS, dans le délai fixé par l’annexe II de l’arrêté sectoriel duquel dépend l’OIV.

D’autres systèmes de détection et prestataires de détection d’incidents de sécurité sont en cours de qualification et viendront étoffer l’offre de service.

Communiqué de presse – Visa de sécurité systèmes de détection

Formation « Expert en sécurité des systèmes d’information » : les candidatures sont ouvertes

mar, 04/02/2019 - 10:00

L’Expert en sécurité des systèmes d’information est destiné à occuper un poste clé face aux enjeux de la sécurité numérique pour les organisations publiques, pour devenir l’interlocuteur indispensable sur ces problématiques auprès des décideurs, mais également de toutes les fonctions impliquées au sein des organisations.
Officiant en tant que qu’architecte SSI au sein d’une équipe de maîtrise d’ouvrage, fonctionnaire de sécurité des systèmes d’information (FSSI) dans un ministère, responsable de la sécurité des systèmes d’information (RSSI) ou encore conseiller SSI, l’ESSI doit garantir la sécurité des systèmes d’information tout au long de leur cycle de vie, depuis l’expression de besoin jusqu’à l’exploitation, au travers de nombreuses activités.

Une formation d’excellence et reconnue au titre d’Expert SSI

La formation ESSI, proposée par le Centre de formation à la sécurité des systèmes d’information de l’ANSSI, permet aux stagiaires d’acquérir l’ensemble des compétences requises, mais aussi de développer les qualités indispensables à l’exercice de ces fonctions. De nouvelles compétences qu’ils pourront mettre pleinement à profit au sein de leurs organisations, pour concourir au renforcement général du niveau de sécurité.

D’une durée de 13 mois, la formation est partagée entre une période d’enseignements théoriques (7 mois), complétée d’un stage d’application en milieu professionnel (6 mois), généralement au sein de l’ANSSI, sous la direction d’un chef de projet.
En cas de réussite, la formation est sanctionnée par la délivrance du titre officiel d’Expert en sécurité des systèmes d’information, associé à la certification RNCP de niveau I (assimilé à une formation BAC+5.) reconnue par l’État.

Comment intégrer la prochaine promotion de la formation ESSI ?

La nouvelle session de formation ESSI de l’ANSSI débutera en septembre 2019, et pourra accueillir jusqu’à 15 stagiaires !
Les candidatures sont ouvertes et les dossiers devront être présentés avant le 1er juillet 2019.

Pour participer, quelques conditions d’accès sont requises :

  • L’inscription doit être demandée et motivée par une administration.
  • De plus, les candidats doivent:
    • appartenir à l’Administration française, officiers ou fonctionnaires de catégorie A de l’une des trois fonctions publiques ;
    • avoir fait l’objet d’une décision d’habilitation de niveau Confidentiel Défense au moins ;
    • êtres titulaires d’un diplôme d’études supérieures scientifiques de niveau baccalauréat plus trois années d’études (licence).

Retrouvez tous les détails pour rejoindre la formation d’Expert en sécurité des systèmes d’information de l’ANSSI : www.ssi.gouv.fr/administration/formations/titre-essi/

VIENNA CYBER SECURITY WEEK 2019 – L’engagement international pour la protection des infrastructures critiques

lun, 03/25/2019 - 16:01

Représentant de cinquante-sept États à travers le monde, l’OSCE est une organisation d’ampleur internationale, qui agit pour la sécurité et la stabilité à l’international. Elle participe à ce titre, depuis plusieurs années, au développement et au partage de la confiance numérique. Notamment la création et l’adoption de mesures communes pour accroitre la coopération et la transparence entre les États et toutes les parties prenantes et ainsi réduire le risque de conflits dans l’espace numérique.

La protection des infrastructures critiques : une responsabilité et des enjeux communs


La « Cyber Security week » de Vienne, soutenue par l’OSCE, était justement l’occasion pour tous les acteurs internationaux impliqués de proposer une vision commune en matière de cybersécurité, et plus particulièrement pour la protection des infrastructures critiques.

La France pilote à l’OSCE la mise en œuvre d’une mesure de confiance sur la protection des infrastructures critiques (CBM 15) avec le soutien et la contribution de nombreux partenaires européens, dont l’Espagne, la Roumanie et la Slovaquie. Un enjeu fondamental pour assurer la stabilité et la confiance dans l’espace numérique, en ligne avec les principes promus par la France dans le cadre de l’Appel de Paris.

Pour la « Cyber Security week », l’ANSSI est intervenue lors d’une table ronde dédiée à ce sujet. Cet échange, ouvert par Mme Véronique Roger-Lacan, Ambassadrice de France auprès de l‘OSCE, et animé par Baudouin Carrard, représentant permanent du MEAE au sein de l’organisation, a permis de présenter les mesures de confiance initiées par ces travaux, pour encourager et développer la protection des infrastructures critiques.


Très impliquée dans ces travaux, la France est revenue sur l’échelle de classification des incidents présentée par la Revue stratégique de cyberdéfense (RSC).
Un modèle doctrinal essentiel pour l’aide à la décision des autorités, dont le schéma favorise, par son partage, la coopération entre les États en se fondant sur le droit national et international.

Enfin, la France s’est attachée à revenir à l’application des règlementations nationales et européennes, qui permettent aujourd’hui d’accroitre significativement la protection des opérateurs d’importance vitale (OIV) et aujourd’hui de services essentiels (OSE) suite à l’application de la directive NIS, qui impulse des mécanismes de coordination au sein de l’Union Européenne.

La cybersécurité est désormais perçue à la hauteur des enjeux systémiques associés, comme un enjeu de politique publique, de politique commerciale et sociale et de stabilité globale.

Les efforts nationaux et internationaux et les bonnes pratiques présentées lors de la Cyber Security week, visent à renforcer la coopération et le rôle que toutes les parties prenantes peuvent jouer face à ces défis. Ils engagent enfin le développement et la mise en œuvre partagée de ces travaux au sein d’instances fédératrices, telles que l’OSCE.

L’ANSSI accompagne les éditeurs de solutions logicielles avec le premier forum du Label Ebios Risk Manager

jeu, 03/21/2019 - 14:12

Disposer d’outils logiciels pour réaliser des analyses de risques de bout en bout et les gérer dans le temps est un complément indispensable de la méthode EBIOS Risk Manager. Afin d’outiller cette nouvelle méthode, l’ANSSI offre aux utilisateurs une identification claire des solutions logicielles disponibles sur le marché et conformes à la méthode publiée, avec le Label EBIOS Risk Manager.

Ce label de conformité, qui se fonde sur un cahier des charges précis, a été mis en place par l’ANSSI et est accessible à tout éditeur souhaitant développer une solution logicielle conforme aux principes et aux concepts de la méthode EBIOS Risk Manager.

Le premier forum du label EBIOS Risk Manager s’est tenu le 22 février 2019. Ce moment d’échange a permis aux éditeurs en cours de labélisation d’appréhender EBIOS Risk Manager, la méthode de référence pour le management des risques numériques, sous différents angles. L’opportunité, aussi, de se familiariser avec la doctrine du management des risques cyber promue par l’agence et de prendre en compte les attendus du Label.

Les enjeux et les atouts du label EBIOS Risk Manager

À travers ce label, L’ANSSI propose aux éditeurs de logiciel de répondre au mieux à la demande des utilisateurs, en quête d’outillage conformes et adaptés à la mise en œuvre de la méthode EBIOS Risk Manager.

L’ANSSI accompagne les éditeurs de solutions pour répondre aux enjeux de la maîtrise du risque cyber

La mise en place de ce Label préfigure également un engagement collectif pour porter au mieux les valeurs d’accessibilité, de transparence et d’innovation de la Méthode EBIOS Risk Manager.

À ce jour, 9 solutions sont actuellement « en cours de labellisation ». Le panel des participants, très hétérogène, et permet ainsi de répondre satisfaire tous les besoins. Parmi ces candidats, on retrouve des entreprises et startups de développement logiciel mais aussi des multinationales reconnues pour leurs activités transverses (services, hardware et édition de logiciel) ou encore des « pure player » de l’édition de solutions logicielles spécialisés dans la gestion de risque cyber et la conformité.

Enfin, ce forum a marqué une première étape dans la démarche de labellisation EBIOS Risk Manager. Les prochaines évolutions du label et de son cahier des charges se feront en partenariat avec les éditeurs engagés dans la démarche. Les objectifs sont, d’une part, de faciliter les évolutions tout en garantissant un bon niveau de sécurité et, d’autre part, de promouvoir l’écosystème EBIOS Risk Manager en France et à l’international.

Une vision partagée pour le management du risque cyber

EBIOS Risk Manager est une méthode conçue pour être éprouvée, améliorée et discutée.

Pour évoluer et se développer, la nouvelle méthode se fonde non seulement sur la mise à disposition de nouveaux outils adaptés – avec le Label EBIOS Risk Manager – mais aussi sur une communauté d’experts et d’utilisateurs, des formations et des prestataires de service.

Colloque cybersécurité à Dijon : la protection de la recherche à l’ère du numérique

jeu, 03/07/2019 - 14:55

La sécurité numérique nous concerne tous ! En effet, le milieu de l’enseignement supérieur et de la recherche est autant exposé aux risques que les entreprises. Ils doivent devenir acteurs de leur propre cybersécurité. Pour cela, il est important pour eux de cerner les enjeux de la protection des travaux de recherche.

La protection de la recherche

Le colloque « sécurité dans l’enseignement supérieur et la recherche », a réuni les représentants de différentes spécialités, tous rassemblés et concernés par un même thème : la protection de la recherche. L’évènement a réuni au sein de l’UBFC plusieurs dizaines de chercheurs à Dijon. L’objectif : informer et sensibiliser les acteurs de la recherche et de l’enseignement supérieur aux risques et aux enjeux de la sécurité numérique et présenter les bonnes pratiques essentielles à la protection de leurs travaux.

Les thématiques de la sécurité économique et numérique sont indissociables. Elles ont été présentées conjointement lors de ce colloque, autour de nombreuses problématiques réelles et pragmatiques pour les métiers qu’elles impactent.

L’ANSSI est intervenu à ce titre, aux côtés de plusieurs partenaires, pour sensibiliser à la sécurité du numérique. L’occasion de présenter l’agence, ses missions et ses actions, de revenir sur les cybermenaces et de présenter enfin les bonnes pratiques à adopter au quotidien, face à cette audience particulièrement exposée aux risques du numérique.

Parmi les outils pouvant accompagner la prise en compte des besoins de protection d’informations numériques sensibles, l’ANSSI s’est attaché à présenter plus particulièrement son guide pour la Protection du potentiel scientifique et technique de la nation. Une aide méthodologique pour accompagner tous les personnels d’universités, de laboratoires et d’entreprises qui évoluent dans des zones à régime restrictif (ZRR), dont l’accès est contrôlé pour assurer la protection du potentiel scientifique et technique de la nation (PPST) afin de lutter contre les tentatives de captation ou de détournement.

L’ANSSI à l’AccesSecurity : le salon euro-méditerranéen de la sécurité globale

mer, 03/06/2019 - 10:22

L’ANSSI est partenaire du salon AccesSecurity qui aura lieu les 6 et 7 mars 2019 au Palais des Congrès et des Expositions au Parc Chanot à Marseille.

Ce salon compte 120 exposants, tous professionnels de la filière sécurité, et près de 3000 visiteurs rassemblés autour d’ateliers, de tables rondes et de conférences menées par des experts. Cette édition qui fera la part belle à la sécurité numérique, une thématique aujourd’hui incontournable pour toutes les organisations.

L’ANSSI sera représentée par Moïse MOYAL, délégué à la sécurité numérique des régions Provence Alpes Côte d’Azur et Corse, pour participer à une table ronde sur la cybersécurité des systèmes industriels le 7 mars de 14h00 à 15h30.

L’occasion de revenir sur la thématique prégnante de la cybersécurité des systèmes industriels et d’informer les participants sur les spécificités de ces dispositifs sensibles. Au programme : retour sur l’évolution des environnements réglementaires, normatifs et techniques en termes de solutions architecturales, matérielles et logicielles, et présentation des pratiques essentielles pour se protéger des risques numériques spécifiques aux systèmes industriels.

Retrouvez également toutes les recommandations de l’ANSSI pour la sécurité des systèmes industriels.

Rencontre Régionale d’Intelligence Economique des entreprises normandes

jeu, 02/28/2019 - 06:00

En tant que «pilote» au niveau national, la région Normandie est engagée dans la mise en place d’un dispositif d’Intelligence Economique Territoriale pour accompagner et pérenniser le développement de l’économie, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur le territoire. C’est dans ce cadre que s’est tenue la rencontre Régionale d’Intelligence Economique. L’évènement, co-présidé par Fabienne BUCCIO, Préfète de la région Normandie et de la Seine-Maritime et Sophie GAUGUIN, 1re vice-présidente de la Région Normandie en charge du développement économique et du soutien aux entreprises, réunissait plus de 150 décideurs. L’objectif de cet évènement était de présenter les pratiques essentielles au développement, à la consolidation et à la protection de l’activité de leurs organisations.

« Protéger son entreprise des risques multiples »

Sécurité économique et sécurité numérique sont indissociables et l’ANSSI agit en région, aux côtés de ses partenaires et des services de l’État, pour accompagner les acteurs locaux.

Pour la Rencontre Régionale d’Intelligence Economique des entreprises normandes, l’agence participait ainsi à une table ronde avec le Service à l’Information Stratégique et à la Sécurité Économiques (SISSE). Cette table ronde consacrée au panorama des risques pour les entreprises proposait de revenir sur ces enjeux d’actualité, ainsi que sur les méthodes et outils pour mieux y répondre.
L’occasion nous a été donnée de revenir sur le rôle prépondérant des dirigeants face aux menaces qui pèsent sur leur activité, et plus particulièrement sur les informations stratégiques vitales pour l’entreprise et son écosystème.
Pour y répondre, il existe des pratiques simples et accessibles qui, une fois partagées, permettront aux organisations de renforcer leur hygiène informatique, et réduire ainsi leur exposition aux risques, dans le cadre d’une démarche d’amélioration continue.

Pour en savoir plus sur la sécurité numérique et économique, l’ANSSI et le SISSE invitent enfin tous les acteurs de Normandie à participer au prochain colloque SecNumeco, qui se tiendra le 28 mai à Caen.
Les inscriptions seront ouvertes prochainement.

SPARTA – Un projet collaboratif pour coordonner la recherche, l’innovation et la formation en matière de cybersécurité au sein de l’Union européenne

mar, 02/26/2019 - 12:59

Le développement de capacités scientifiques, industrielles et de R&D permettant à l’Union Européenne de répondre de façon autonome à ses besoins en matière de technologies clés et de services est l’un des piliers de l’autonomie stratégique européenne.

Ce défi implique la coordination des meilleures compétences de l’UE, en vue de la réalisation d’objectifs communs en matière de recherche et d’innovation.

Le projet SPARTA, un réseau pilote lancé le 18 février 2019 avec le soutien du programme H2020, implique des moyens de collaboration inédits à l’échelle européenne, ouvrant la voie au développement de capacités transformatrices et à la création d’un réseau de compétences de pointe en matière de sécurité numérique.

La coordination de toutes les expertises en Europe

Le consortium SPARTA, piloté par le CEA, rassemble un ensemble inédit d’acteurs au sein de 14 États membres de l’UE, garants de l’excellence scientifique, de l’innovation technologique et des sciences sociales dans le domaine de la cybersécurité. Cet engagement collectif est mis à profit pour repenser la recherche, l’innovation et la formation de demain en matière de cybersécurité.

Au sein de SPARTA, l’ANSSI, en tant qu’autorité nationale française en matière de sécurité du numérique, engage son expertise sur 3 années, pour contribuer à l’élaboration de la feuille de route stratégique de ce nouveau réseau de compétences européen en matière de recherche et d’innovation, à l’étude d’impact des programmes techniques sur les méthodes et les outils d’évaluation (pour leur lien avec la certification) et à l’élaboration d’un programme ambitieux de formation.

En mutualisant toutes les expériences et toutes les compétences, SPARTA contribue au renforcement de l’autonomie stratégique de l’UE.
La coordination des efforts nationaux et européens de Recherche et de développement, mis en œuvre au sein du réseau SPARTA, préfigure ce que pourra être le futur Centre européen de recherche et de compétence en cybersécurité, appelé de ses vœux par la Commission européenne et dont l’objectif principal – renforcer l’autonomie stratégique européenne – correspond à la volonté des autorités françaises.

Communiqué de presse – SPARTA

Participez à la création du nouveau « Guide pour développer des applications sécurisées en Rust » de l’ANSSI

ven, 02/08/2019 - 12:07

Créé en 2006, Rust est un langage de programmation qui a progressivement fédéré une communauté d’utilisateurs impliqués dans son utilisation et son développement.


Grâce à cette expérience collaborative, de nombreux projets tirent aujourd’hui parti des qualités de Rust. Avec ses propriétés particulières, qui reposent sur des concepts éprouvés, Rust met l’accent sur la sécurité et la sûreté, pour de nombreux types d’applications, sans entrainer de perte de performance, tout en proposant des fonctionnalités et des constructions variées et de haut niveau.

Cependant, la sécurité des programmes conçus en Rust dépend aussi nécessairement des bonnes pratiques appliquées par les développeurs, ainsi que des outils utilisés pour concevoir, compiler et exécuter ces programmes.

Le Guide pour développer des applications sécurisées en Rust

Pour accompagner tous les développeurs dans leurs usages du langage Rust, l’ANSSI propose un nouveau « Guide pour développer des applications sécurisées en Rust ».

L’objectif de ce document est de fournir les conseils et les recommandations indispensables pour assurer le développement d’applications sécurisées, tout en profitant de l’éventail des possibilités qu’offre le langage Rust.
Il guide les développeurs néophytes ou expérimentés à chaque étape du développement, avec des conseils pratiques et des mises en garde, pour permettre à chacun de tirer profit des garanties de sécurité offertes par l’écosystème Rust.

L’ANSSI vous invite à intégrer l’équipe de ce projet ouvert, interactif et évolutif

Cette initiative est aussi collaborative, afin d’en profiter de l’expertise développée par la communauté depuis plusieurs années. L’ANSSI en appelle ainsi tous les contributeurs à participer à l’élaboration de ce guide, aujourd’hui publié sous une version « Beta ».

Chaque utilisateur pourra participer avec nos équipes au développement de cette nouvelle ressource, mise à disposition sur GitHub, pour répondre à tous les besoins et aux attentes en la matière.

Une fois ces contributions discutées et intégrées, le document finalisé et mis en forme viendra rejoindre la collection des guides de bonnes pratiques proposés sur le site de l’agence.

Pour autant, cette première version restera ouverte aux commentaires, afin d’adapter ces recommandations pratiques aux prochaines évolutions qui pourront marquer l’avenir du langage Rust.

FIC 2019 : l’ANSSI appelle à un engagement collectif pour stabiliser le cyberespace

lun, 01/21/2019 - 16:53

Ces derniers mois ont encore démontré l’ampleur de la menace, marquée par la préparation des conflits cyber du futur. Face à la complexité de ces enjeux, il est plus que jamais nécessaire de s’organiser collectivement pour assurer le développement d’un cyberespace stable et de confiance.

L’ANSSI appelle donc l’ensemble des acteurs de l’écosystème numérique à assumer leur part de responsabilité dans la prise en compte de la sécurité au juste niveau. « Ces dernières années nous ont montré l’importance capitale du rôle que doivent jouer les acteurs privés, publics et la société civile. C’est en travaillant collectivement, que nous pourrons stabiliser le cyberespace et éviter la structuration d’un farwest numérique », défend Guillaume Poupard, Directeur général de l’ANSSI.

Au-delà de ses missions d’autorité nationale en matière de cybersécurité et de cyberdéfense et de régulateur de la sécurité numérique, l’ANSSI anime l’écosystème cyber. L’agence souhaite promouvoir l’ouverture, le partage de la connaissance et la culture du débat, véritables leviers pour stabiliser le cyberespace. Son expertise scientifique et technique lui permet d’accompagner au mieux ses publics dans la sécurisation de leurs systèmes d’information, en temps de paix ou en temps de crise. Le partage de cette connaissance est déterminant pour contribuer au développement d’un écosystème fort et coopératif.

Ce partage prend des formes très variées. Il inclut la création d’outils structurants comme la méthode EBIOS Risk Manager, élaborée en lien avec le club EBIOS et qui sera le sujet d’un atelier du FIC. Il concerne également la contribution à l’élaboration des politiques publiques et des réglementations à l’échelle nationale et européenne, sur des sujets comme la protection des acteurs clés de la société et la certification européenne des produits et services de sécurité numériques.

Le défi de la formation en cybersécurité, l’intégration de la sécurité dès la conception de produits et services numériques ou encore la gestion d’une crise cyber sont autant de sujets qui seront débattus par les experts de l’agence ces deux prochains jours.

« Soyons tous connectés, tous impliqués, tous responsables » : c’est l’appel que lance l’ANSSI pour 2019.

Programme complet des interventions de l’ANSSI au FIC 2019 :

  • Keynote de Guillaume Poupard pour l’ouverture du FIC (22 janvier / 09h45 – 10h05 / Vauban Amphi)
  • Atelier « Cybersécurité ‘by design’ et objets connectés : cause perdue ? » (22 janvier / 12h00 – 13h15 / Matisse)
  • Atelier « Quelles solutions face aux défis RH ? » (22 janvier / 12h00 – 13h15 / Charles-de-Gaulle)
  • Conférence de presse de l’ANSSI « Le défi de 2019 : renforcer le rôle et la responsabilité des acteurs de l’écosystème numérique pour assurer la stabilité du cyberespace » (22 janvier / 14h00 – 15h00 / Salon Presse du Grand-Palais)
  • Atelier « EBIOS Risk Manager : quelles nouveautés ? » (23 janvier / 11h30 – 13h00 / Eurotop)
  • Atelier « PME-PMI ‘low cost’ peut-il rimer avec efficacité ? » (23 janvier / 11h30 – 13h00 / Charles de Gaulle)
  • Atelier « Planification, exercices, coopération : comment se préparer à une crise cyber internationale » (23 janvier / 11h30 – 13h00 / Matisse)

Retrouvez l’ensemble du programme du FIC 2019

L’Agence est présente tout au long de l’événement avec un stand, espace d’échange sur les problématiques de la sécurité numérique et de documentation sur les bonnes pratiques informatiques. Cette année, une partie du stand de l’ANSSI est dédiée à la formation, enjeux majeur pour 2019.

Un stand recrutement ANSSI est également installé au sein de l’espace Carrières du FIC. Sur place, de potentiels candidats pourront rencontrer des experts afin d’échanger sur les enjeux de la sécurité des systèmes d’information et sur les opportunités de carrière à l’agence.

Communiqué de presse – FIC 2019

L’ANSSI au CoRIIN 2019 : la Conférence sur la réponse aux incidents et l’investigation numérique

lun, 01/21/2019 - 12:14

Pour être efficace, la lutte contre les menaces numériques implique l’adaptation perpétuelle aux évolutions des pratiques et des technologies auxquelles les organisations sont confrontées. La recherche et le développement, ainsi que le partage de ces travaux, sont donc indispensables, tant sur le plan technique que dans l’approche sociologique ou juridique.

Avec la conférence CoRIIN, le Centre Expert contre la Cybercriminalité Français (CESYF) invite les spécialistes de l’ensemble de ces domaines d’expertise impliqué à se retrouver et à échanger lors d’une journée entièrement consacrée à la réponse aux incidents et l’investigation numérique.

À l’ occasion de plusieurs interventions, l’agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) a présenté ses derniers travaux en la matière.

Au programme :

Investigation dans AmCache par Blanche Lagny – 12:20/12:50

L’AmCache est une base de données spécifique à Windows 7, 8 et 10 et leurs équivalents serveurs, qui consigne des métadonnées portant sur l’exécution de binaires et l’installation de programmes sur un système. Méconnue et objet de recherches insuffisantes, cette base constitue un artefact sous-exploité dans le cadre des investigations numériques.

Les travaux présentés lors de la CoRIIN 2019 visent à réhabiliter cet artefact auprès des analystes, en fournissant une documentation de référence détaillée des cas dans lesquels une conclusion peut être tirée.

En savoir plus sur ces travaux

Investigation numérique sur l’annuaire Active Directory avec les métadonnées de réplication par Léonard Savina – 16:45/17:25

La réplication de l’annuaire Active Directory entre les machines contrôleurs de domaine permet d’offrir une haute disponibilité de ce service. Ce mécanisme de réplication génère des métadonnées, qui permettent de retrouver des informations liées à la modification des objets de cet annuaire.
L’ANSSI présentait à la CoRIIN 2019, un outil d’analyse forensique permettant de générer une chronologie partielle des modifications effectuées sur l’annuaire à partir de ces métadonnées.

En savoir plus sur cette présentation

Le programme complet de la conférence : https://www.cecyf.fr/activites/recherche-et-developpement/coriin-2019/

Liste des villes où nous intervenons

Interventions du Lundi au Vendredi de 9 heure à 18 heure , Samedi 9 heure à 12 heure.
Interventions en urgence (h+4 max) 7 jours sur 7, 24h sur 24.